Au sujet de la déontologie des économistes


Certains experts économistes sont-ils sous l’influence de grands groupes privés industriels ou financiers ? Sont-ils de ce fait vraiment honnêtes dans leur discours ou en situation de conflit d’intérêts ? Ces « experts » sont-ils vraiment compétents et seraient-ils aussi crédibles si leurs activités annexes étaient mieux connues ? N’ont-ils pas eu une part de responsabilité dans l’incapacité générale à prévoir la crise financière ?

Pour tout savoir (ou presque) sur les réponses apportées à ces questions, j’ai regroupé dans un journal personnel sur Scoop.it! intitulé « Indépendance des économistes » quelques références à des articles et documents utiles dont voici la synthèse :

Historique

La déontologie de certains économistes fait donc l’objet de débats passionnés. Ce problème n’est pas nouveau, comme le rappelle Christian Chavagneux sur son blog citant des auteurs du début du 20e siècle (« Des économistes au-dessus de tout soupçon ? ») ; il est typique des périodes d’euphorie financière. En ce qui concerne l’histoire récente de ce sujet aux Etats-Unis et en France (depuis la crise financière de 2007), on peut désormais se référer à Wikipedia qui y consacre une entrée (« L »indépendance des économistes financiers »), créée en mars 2012.

Les imposteurs de l’économie

En France, un ouvrage récent de Laurent Mauduit (journaliste à Mediapart) « Les imposteurs de l’économie » (mars 2012) vient de relancer le débat. Il lève le voile sur les conflits d’intérêt dont se rendent coupables certains économistes très médiatisés, « qui jettent la suspicion sur l’honnêteté ou l’indépendance de leurs diagnostics et recommandations » (présentation de l’éditeur).
Vous pourrez lire sur le site de Mediapart (accès payant) des extraits du livre, dans deux articles : « L’OPA de la finance sur la recherche économique » qui explique la mainmise des grandes banques et compagnies d’assurances sur les pôles d’excellence de l’enseignement supérieur et de la recherche économique en France, rapport de la Cour des comptes à l’appui ; « Les agents doubles de la pensée unique » qui propose de larges extraits de l’enquête montrant « comment certains des économistes français les plus connus, souvent liés au monde de la finance, changent alternativement de camp, au gré des alternances, pour défendre perpétuellement les mêmes politiques économiques néolibérales » (cf. la présentation de documents confidentiels).

Sur le blog de Mediapart, Laurent Mauduit explique les raisons qui l’ont poussé à mener cette enquête (« Les imposteurs de l’économie »). Il écrit :

« Si j’ai jugé utile de mener ce travail, c’est pour une première raison : ces derniers mois, j’ai été frappé de constater que dans de nombreux pays, à commencer par les Etats-Unis, les économistes les plus médiatisés ont parfois été critiqués. Mais pas en France, ou quasiment pas. Et cette différence de traitement, j’ai voulu chercher à en percer le mystère ».

Le débat depuis le début de la crise financière

Il est vrai que le débat sur les conflits d’intérêt des économistes a été plus important aux Etats-Unis, comme en témoigne le succès et les réactions consécutives au film « Inside Job » (Oscar du meilleur film documentaire en 2011, cf. site officiel du film / bande-annonce). Paul Krugman (qui ne vit le film qu’en 2010) reconnut dans sa chronique du NY Times une sorte de « corruption douce » de certains économistes :

« you get paid a lot of money by the financial industry, you get put on boards, but only if you don’t rock the boat too much. Besides, you hang out with these people, and get assimilated by the financial Borg. I think all of that is very true. »

Même si Laurent Mauduit insiste sur l’absence de vrai débat et de réelle polémique en France, il est important de signaler que le sujet a déjà été évoqué dans l’hexagone à plusieurs reprises depuis 2009.
Le 5 septembre 2009, Frédéric Lemaître évoqua dans son article du Monde (« La crise remet en cause le savoir et le statut des économistes ») un travail de Francis Fukuyama et Seth Colb (« What Were They Thinking? The Role of Economists in the Financial Debacle », article complet en accès payant) qui critiquait les conflits d’intérêt des économistes américains, et qui se terminait par cette allusion à la situation française : « Une critique qui s’applique à nombre d’économistes français influents, la composition du Conseil d’analyse économique en témoigne ».
A la suite de cet article et de la réponse dans Le Monde de Patrick Artus défendant le CAE, Jean Gadrey jetait un pavé dans la mare en décrivant sur son blog le palmarès des fonctions de certains membres du CAE (C. de Boissieu, H. Lorenzi en tête), alors pointés du doigt pour leurs « liaisons dangereuses ». Les réactions de C. de Boissieu et H. Lorenzi à Jean Gadrey ne se firent pas attendre très longtemps. Après la parution début 2010 du mensuel Alternatives économiques consacrant plusieurs articles aux rémunérations des économistes par les milieux de la finance, le débat se calmait en France.

2012 : la polémique rejaillit

En septembre 2011, le débat refait surface avec un dossier du magazine Le Point consacré au scandale des élites. Début 2012, un documentaire (« Les Nouveaux Chiens de garde ») et une enquête du Monde diplomatique (« Les économistes à gages », mars 2012) raniment la polémique, suivis comme nous l’avons déjà signalé de la parution du livre de Laurent Mauduit.
Les réactions sont rapides, un peu trop même : Jean Gadrey est violemment pris à partie par Jean-Hervé Lorenzi (cf. l’interview de ce dernier disponible sur le site Slate.fr, 25/03/2012) alors qu’il n’avait plus écrit sur le sujet sur son blog depuis 2009  ; Laurent Mauduit s’excuse auprès de J. Gadrey qui a pris des coups à sa place (« Lettre d’excuses à l’économiste Jean Gadrey », 28/03/2012 suivi de J. Gadrey : « Liaisons dangereuses : c’est le printemps ! », 29/03/2012).
Puis un débat est organisé le jour de la sortie du livre le jeudi 29 mars au Théâtre national de Chaillot devant près de trois cents personnes (les interventions peuvent être écoutées sur le site de MediaPart). Le Nouvel Obs donne ensuite la parole à la défense en publiant les réactions d’Élie Cohen, Christian De Boissieu, Olivier Pastré, Jean-Hervé Lorenzi et Daniel Cohen (« Les économistes sont-ils des imposteurs ? », 01/04/2012), avant que Le Monde ne publie le lendemain un article intitulé « Dogmatisme, conflits d’intérêts, la science économique suspectée » (02/04/2012). J’arrête ici l’évocation des articles récents sur le sujet, même si d’autres réactions ne manqueront pas de paraître (je m’efforcerai de les signaler sur Scoop.it!).

Des chartes déontologiques voient le jour

A la suite de toutes les critiques proférées à l’encontre de certains économistes, des organisations et associations ont commencé à mettre en place des chartes  déontologiques. Le 3 janvier 2011, 300 économistes américains ont écrit à l’American Economic Association (AEA) afin que cette dernière adopte un code de déontologie. Dans une lettre adressée au président de l’AEA, les auteurs écrivent :

We strongly urge the American Economic Association (AEA) to adopt a code of ethics that requires disclosure of potential conflicts of interest that can arise between economists’ roles as economic experts and as paid consultants, principals or agents for private firms.

Un an après, lors de sa réunion du 5 Janvier 2012, le Comité exécutif de l’AEA a annoncé l’ajout de principes déontologiques auxquels ses auteurs doivent désormais se soumettre.  Chaque auteur doit notamment « identifier chaque partie intéressée de laquelle il a reçu un soutien financier substantiel, pour un total d’au moins 10000 dollars au cours des trois dernières années » (cf. le communiqué de l’AEA).

En France, la Toulouse School of Economics et l’OFCE ont également adopté récemment une charte d’éthique scientifique (TSE, janvier 2012) ou une charte déontologique (OFCE, mars 2012). Cette dernière en particulier reprend le principe de la déclaration par les auteurs des sommes provenant d’une partie intéressée à l’article soumis. Le communiqué de l’OFCE du 28 mars 2012 est d’ailleurs très proche de celui de l’AEA. Un projet et également à l’étude à l’Ecole d’Economie de Paris.  Comme vous pouvez le constater, les initiatives se multiplient et on peut s’attendre, à la suite d’un communiqué de l’Association Française de Science Economique du 29 mars, que cette dernière propose également dans l’année des recommandations de « bonne conduite ».

Est-ce suffisant ? En lisant « Economistes en conflit d’intérêts : que faire ? Pour ou contre un code ? Les journalistes économiques parlent » (Anne-Sophie Jacques, Arrêt sur images, 9 avril 2012) cité par Gilles Raveaud sur son blog, on peut se demander avec l’auteur si ces codes et chartes n’ont pas « le goût du service minimum » : l’information sur les sommes versées pourrait être plus précise ; l’obligation pour les économistes de déclarer leurs autres activités lucratives devrait être mieux respectée ; les journalistes pourraient contribuer à la transparence en mentionnant si c’est le cas « la double qualité des personnes interrogées ou intervenant dans une émission ». A la lecture de l’article, on se rend compte que tout cela n’est pas si simple.

En conclusion, des progrès existent mais comme le dit A.-S. Jacques : « La déontologie est un long chemin. »

3 réflexions sur “Au sujet de la déontologie des économistes

  1. Pingback: Les imposteurs de l'économie | Pearltrees

  2. Pingback: Gilles RAVEAUD » Blog Archive » Vers un code déontolgique entre économistes et journalistes

  3. Pingback: Ethical economists | Bruegel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s